Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc

 

Une série de photographies datant des années 30 et signées Jean Besancenot, sont exposées au Musée d’art et d’histoire du judaïsme (MahJ) à Paris. L’exposition (30 juin 2020 – 2 mai 2021) offre un aperçu rare de la vie de la population juive marocaine à la fin des années 1930, une époque où le pays abritait plus de 250 000 Juifs, soit la plus grande communauté israélite du monde arabe.

 

« Juifs du Maroc, 1934-1937 » est constituée d’une soixantaine de photographies et de dessins en noir et blanc du photographe et peintre français Jean Besancenot, qui a voyagé plusieurs fois au Maroc et connu pour son célèbre ouvrage sur les costumes et parures du pays.

 

 

Prises entre 1934 et 1937, façon documentaire, les photos dressent un portrait intime de la communauté juive du Maroc. On retrouve des hommes, femmes et enfants posant dans des vêtements élaborés sur un fond neutre, ainsi que d’autres personnes pratiquant des activités quotidiennes. Selon un communiqué publié par le musée, l’exposition présente « un fon inestimable sur les communautés juives rurales du Maroc qui n’existent plus ».

 

Jean Besancenot, 1936

 

« Comment j’ai retrouvé la photo de mon père », par Hannah Assouline

 

 

 

Née en Algérie et résidant à Paris,  la co-commissaire de l’exposition et photographe française Hannah Assouline, avait rencontré le photographe Jean Besancenot (1902-1992) en 1984. Elle tomba alors par hasard sur un portrait de son père, le rabbin Messaoud Assouline, photographié par Besancenot lorsqu’il était enfant dans l’oasis d’Erfoud au Maroc.

 

Heder (école juive). Tiilit, valée du Draa

 

Aujourd’hui, elle raconte dans un film présenté dans l’exposition : « Comment j’ai retrouvé la photo de mon père », l’histoire de cette image oubliée et de sa réappropriation par son père, né à Tinghir en 1920, élève du rabbin Baba Salé, qui devint à son arrivée en France rabbin de la rue du Bourg Tibourg (Paris 4e).

LIRE AUSSI :

L’artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »

laissez un commentaire