Australie-Qatar : Trou d’air après des frottis forcés de passagères australiennes (vidéo)

 

Cette information vient d’être révélée et elle enflamme déjà les réseaux sociaux. Début octobre à l’aéroport de Doha, des voyageuses, dont 13 australiennes, ont été obligées de retirer leurs sous-vêtements pour d’étranges «vérifications corporelles». Les autorités australiennes s’en indignent.

 

Des passagères s’apprêtaient tranquillement à prendre leur avion, le 2 octobre à l’aéroport de Doha, quand elles ont été appelées à subir un contrôle pour le moins inhabituel. Toutes ont été contraintes à rejoindre des cabines pour des examens corporels forcés. Les autorités aéroportuaires qataries ont ordonné ces tests dits de Papanicolaou (des frottis, ndlr) après la découverte dans les toilettes de l’aéroport d’un nouveau-né prématuré.

Treize Australiennes étaient parmi les voyageuses ayant subi ainsi «l’humiliation de leur vie». Elles rapportent avoir été obligées d’enlever leurs sous-vêtements pour se laisser contrôler, rapporte Seven News. Cette chaîne de télévision australienne a été le premier média à avoir rapporté l’information.

Les autorités australiennes s’indignent

Après la diffusion de l’information, la ministre des Affaires étrangères, Marise Payne, a vivement protesté, ce lundi 26 octobre 2020, au nom de son pays. «Il s’agit d’une suite d’événements extrêmement, extrêmement perturbante, choquante, préoccupante”, a lancé la responsable australienne. «Jamais de toute ma vie je n’ai entendu parler d’une chose pareille», a-t-elle poursuivi. Payne a révélé que les autorités de son pays ont très clairement exprimé leurs préoccupations à leurs homologues du Qatar.

La chef de la diplomatie australienne a aussi précisé que la police fédérale de son pays a été saisie de l’affaire. Selon la ministre, la publication d’un rapport des autorités du Qatar sur cet incident est «imminente».

Avec Agences

 

LIRE AUSSI

Islam de France. Erdogan se fait tirer les oreilles

laissez un commentaire