L’artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »

L’autrice compositrice interprète marocaine sort son premier Opus « Confidences ». Une oeuvre autobiographique de 5 titres, où Amina, accompagnée de sa guitare, chante la liberté́, l’amour, la tendresse mais aussi la mélancolie et le deuil. Sa sortie est prévue le vendredi 02 Octobre 2020 sur toutes les plateformes de streaming.

 

 

Produit par Camil Kanouni, « Confidences » est un opus personnel et autobiographique où Amina se livre sans concession avec douceur et sensibilité. L’EP de 5 titres, à la fois  sincère et sensible, fait entrer l’auditeur dans l’univers tendre et éclectique d’Amina.

Le premier titre de l’EP « Non je n’y vois pas grand-chose » sonne comme un hymne à la réconciliation avec soi, à cette liberté individuelle si difficile à trouver dans une société qui tend malgré les apparences à nous rendre tous semblables. Une chanson qui nous encourage à nous défaire de toutes ces chaines qu’il nous faut briser pour enfin exister, pour s’élever et dire non à une société qui opprime, à un entourage qui brime.

 

Mélancolie, amour et addiction

 

« This Dream Of Mine », est le seul titre de l’EP co-écrit avec le poète libanais Ali Ibrahim. Probablement le titre le plus mélancolique et le plus cinématographique de l’EP. Un titre interprété en anglais et en arabe et qui résonne comme un souvenir. Il évoque un espace hors du temps où tous les rêves enfouis et refoulés remontent à la surface. Un amour perdu que l’on n’oublie pas. Un amour dont on attend le retour mais qui ne revient pas.

« Je te quitte » s’arrête sur la relation qu’on entretient avec la cigarette, à la fois toxique et amoureuse. Un parallèle que l’artiste effectue dans ce titre, parlé et interprété comme un monologue théâtral où sa relation à la cigarette est comparée à une relation amoureuse toxique, nocive et qui fait mal. Une relation qui la tient en otage mais dont elle se défait petit à petit jusqu’à s’en libérer complètement. Au fur et à mesure de l’écoute, l’auditeur entre dans cet univers sombre et délicieux et prend conscience de toute l’emprise que peut représenter cette addiction.

Le 4e titre « The Sweetest Melody »  est sûrement le plus pop de l’EP. On y découvre une mélodie charmeuse et nostalgique où se mêlent piano, contrebasse, guitares et batteries. Un appel à se laisser porter par la douce romance qu’il évoque, celle de l’amour ?

L’EP s’achève sur un titre très personnel et sensible « A mon père »  qui résonne comme une prière adressée à son père parti trop tôt. L’arrangement subtil de la guitare et des violons laisse la voix d’Amina exprimer le deuil, l’absence et le manque.

 

Influences plurielles

 

Née le 2 Octobre 1988 à Rabat, la chanteuse, compositrice et interprète marocaine chante en français, en anglais et en arabe. Trois langues qui représentent la pluralité de ses influences. Après une enfance passée au Maroc, son pays natal, elle s’envole pour la France pour y poursuivre des études de management. Installée à Paris depuis plusieurs années, toujours accompagnée de sa guitare, elle écume les petites scènes parisiennes avant de se produire pour la première fois en 2019 à Dubai, dans le cadre du festival Quoz Arts Fest. Elle est à nouveau invitée à y participer en Janvier 2020. Depuis elle s’est consacrée à l’écriture et la production de son premier EP, « Confidences », dont la sortie est prévue le 02 Octobre 2020.

LIRE AUSSI :

Le nouveau clip de Saad Lamjarred dans le Top des tendances YouTube

 

 

laissez un commentaire