Mémoire du judaïsme marocain

 

 

« Vues du Maroc juif : formes, lieux, récits », est un ouvrage collectif pluridisciplinaire qui porte sur la mémoire du judaïsme marocain et la nécessité de la réactiver.

 

Marcel Benabou dans le Meknès des années 50, rappelle, 70 ans après son départ du Maroc, que l’exil peut être un choix heureux. Jean Lévy, dans un autre témoignage, fait le diagnostic de l’exil dans la métropole de Casablanca des années 1980 à aujourd’hui, évoquant par images saccadées les vagues successives de migrants de tout bord qui continuent de marquer la ville.

La voix d’Izza Genini nous plonge dans son histoire familiale à Oulad Moumen et  pose avec pertinence la question de la langue comme territoire actif de la mémoire. De son côté, Sami Shalom Chetrit trace le paysage de son enfance à Rissani et nous emmène, dans son récit dans le Tafilalt de l’année 1960 ; l’auteur y trace les rythmes de l’exil entre Rissani, Jérusalem et New York.

Zhor Rehihil, conservatrice du Musée du Judaïsme Marocain de Casablanca, évoque ses voyages avec Simon Lévy à travers le Maroc pour découvrir des lieux et récupérer des objets de ce qui constituera plus tard la collection du Musée du Judaïsme Marocain à Casablanca.

 

Exposition Exils au Musée du judaïsme

 

Ces textes forment un ensemble d’images, de lieux de départ et de lieux d’arrivée : Casablanca, Paris, Berlin, New-York, le tout parsemé de photos d’archives où les regards des ancêtres. L’ensemble de ces textes est appuyé par des archives visuelles familiales de leurs auteurs.

« Vues du Maroc juif : formes, lieux, récits » est un ouvrage collectif pluridisciplinaire qui porte sur la mémoire du judaïsme marocain à travers des récits autobiographiques, des témoignages, des expériences artistiques et des écrits critiques qui les éclairent.

Dans « Vue du Maroc juif, formes, lieux, récits », les contributions de plusieurs auteurs tissent un ensemble inédit de textes et d’œuvres d’art, cumulant les temporalités autour de souvenirs d’un monde perdu à jamais, d’un Maroc que les plus jeunes ignorent, et que ce livre propose de revisiter d’une manière plurielle et protéiforme.

 

Ulrike Weiss

 

Une réflexion sur la portée, aujourd’hui, du maintien de la mémoire du judaïsme marocain. Composé d’un ensemble de cahiers alternés, l’ouvrage crée une dynamique de lecture autour de témoignages autobiographiques, d’expériences artistiques, et d’écrits sur la mémoire du judaïsme marocain. Le parti pris de cette publication est d’impliquer le processus artistique et littéraire comme réinvestissement et réactivation de la mémoire.

 

LIRE AUSSI :

L’Amérique d’aujourd’hui vue par Laila Lalami

laissez un commentaire